Agra

Publié le par Carotte

 

Agra... Taj Mahal... Impossible d'aller en Inde du Nord et de ne pas y passer. Ne dérogeons donc pas à la règle, à peine redescendus de nos montagnes (arrivée à Delhi après 15 heures de bus, cette fois en volvo deluxe avec sièges inclinables dignes d'une première classe d'avion avec télés individuelles !), on file à la gare et on tente de prendre des billets de train pour Agra. Rude mission (comprendre quel est le bon guichet, tout est écrit en hindi, remplir des formulaires abscons, trouver les horaires de train, le numéro du train, des sièges encore disponibles...) mais nous l'accomplîmes. Et pim !

Et nous voilà, après quelques heures de train (nous n'avons eu « que » 2 petites heures de retard, nous pouvons nous estimer chanceux, on entend dans la gare des annonces pour des trains ayant 3, 6, 9 heures de retard...) à Agra.

 

Agra, ville touristique, pléonasme s'il en est. On est préparés psychologiquement à affronter le premier rickshaw qui se présentera. Et on décide donc de marcher jusqu'à la guest house visée. C'était sans compter la persévérance d'un vieil homme pédalant sur son vélo qui nous a suivi sur près d'un kilomètre en nous disant tous les mots de français qu'il connaissait. Il nous aura à l'usure. En fait, il adore les français (pourtant, pauvres de nous, nous ne le lui rendons guère) et nous embarque pour presque rien jusqu'à notre hébergement. Très digne, collectionnant les cartes de visite en français, tout de blanc vêtu. Il pédale doucement mais surement. Je culpabilise un peu. On est deux avec des gros sacs. Mais il ne bronche pas et semble même tout content. Il nous répète en boucle « J'aime les français, j'aime les français. »

 

On attend le lever de soleil pour aller voir LE Taj Mahal. Paraît que c'est plus joli et qu'on évite la foule de touriste. Pour la jolie lumière de l'aube, on repassera... il pleut ! Mais on évite en effet la queue et le gros afflux de touristes, même si on ne peut pas dire qu'on soit tout seul.

Vu le prix de l'entrée, on en profite et on reste à admirer ce beau bâtiment. Ca a beau avoir été vu et revu, ça a en effet quand même la classe. Et ça ne s'arrête pas qu'à la meringue blanche qu'on voit d'habitude. Un immense jardin l'entoure, autrefois planté d'arbres fruitiers, maintenant simplement une pelouse à l'anglaise (ça devait être joli avec le jardin persan initial). De part et d'autre du tombeau, une mosquée et son symétrique en pierre rouge, un immense porche d'entrée d'où on découvre le Taj Mahal lui même, caché sinon par des murailles rouges. Le site est en fait très grand. Et le temps de s'y perdre, les nuages se dégagent petit à petit laissant même percer quelques rayons de soleil, qui arrive en même temps que la foule...

La vieille ville autour est plutôt agréable, même si franchement délabrée et à visée touristique uniquement. Au bout de 50 rickshaws désoeuvrés qui nous propose leur aide, nous sommes à deux doigts de devenir désagréables...

On enchaîne un peu plus tard avec la visite du fort rouge. On avait vu celui de Delhi, mais celui d'Agra est vraiment plus beau. Portes impressionnantes, palais ciselés et labyrinthiques, vastes jardins, cours à arcades. On est assommés par la chaleur, mais c'est beau. On a une superbe vue sur le Taj Mahal au loin en plus.

 

Bref, Agra, étape incontournable ? Les bâtiments célébrissimes sont en effet à voir, mais ils n'ont du coup pas le charme de certains lieux qu'on a le plaisir de découvrir. Ici, toutes les photos que tu prends ont déjà été prises des millions de fois, et mieux que par toi, il n'y a pas l'effet de surprise ou de découverte qu'on peut avoir ailleurs. C'est très beau, mais si j'osais, je dirais presque un peu décevant. Un pti tour et puis s'en va...

 

Publié dans Sur la route... Inde

Commenter cet article

christine 21/09/2011 21:20



Pourtant tes photos sont magnifiques !