Bienvenue à Pondicherry.

Publié le par Carotte

Puducherry, 19 - 22 novembre 2011

 

Au matin, mal réveillées après notre nuit tumultueuse (voir l'article précédent), on croit un moment être tombées dans une faille spatio-temporelle. Est-ce le manque de sommeil qui nous fait un instant être revenues à Marseille ou ce panneau de rue, blanc sur fond bleu stipulant que nous nous trouvons au début de la « Rue de la marine », au croisement avec la « Rue St Louis », le tout donnant sur une digue-promenade de bord de mer impeccablement propre ? Au « Café » où nous nous arrêtons, on nous propose un expresso avec des croissants.

Aurélia, y'a un bug dans la matrice... On est rentrées à la maison !!!

Quoique. En y regardant mieux, il y a quelques détails étranges. Sous la rue de l'évéché, des signes étranges... la traduction du nom de la rue en tamoul. En dessous des croissants sur la carte, il est également possible de commander un dosa. Nous sommes donc bien, malgré les apparences, toujours en Inde.

Mais c'est Pondicherry. Ville surprenante, à mi chemin entre l'Europe et l'Inde. Bien plus propre que les autres villes, plus large, aérée, les rues tracées à angle droit, toute la « ville blanche » porte les traces de l'héritage colonial, jusque dans les boutiques de déco qui annonce fièrement « style colonial » à leur enseigne. Et en français s'il vous plait. D'ailleurs, même si cela est visiblement de moins en moins vrai, on entend beaucoup parler français dans les rues : touristes, expats, mais aussi quelques indiens. Et dans les boutiques et restaurants, on ne peut plus dire de méchancetés tranquillement... Beaucoup nous comprennent. La présence d'une alliance française active et de l'ashram de Sri Aurobindo (et de la Mère surtout) y contribue fortement, même si l'anglais reste prédominant.

 

IMG_2134.JPG

 

Après, pas vraiment de choses « à faire » dans la ville, juste profiter de cette ambiance particulière, se balader dans les rues, admirer les jolies maisons, passer des heures dans le marché (bien indien lui) entre les stands de tissus, d'épices, de fruits et d'images de dieux encadrées, laisser libre cours à nos instincts d'acheteuses compulsives dans les magasins de tissus sur 3 étages, se promener le long de la mer, aller constater le fouillis du jardin botanique, rester perplexe devant la basilique du sacré coeur avec ses néons et ses christs lumineux et fleuris (le christianisme à l'indienne...), boire des cafés qui s'éternisent, faire la sieste dans le Governement Park entre les enfants qui jouent...

 

Le dernier jour, on se décide finalement à aller voir Auroville, à 10 km de là. Cette communauté a été fondée au départ à partir des idéaux d'une ville idéale de la Mère. Et comme toute communauté utopique, beaucoup d'espoirs, de rêves, de beaux projets et de difficultés à tout mettre en place...

A peine arrivées, scène totalement improbable. Je capte un regard qui ne me semble pas inconnu et à voir la façon dont il me regarde, c'est réciproque. Mais incapable de resituer... On se connait, mais je ne sais plus ni où, ni quand, ni comment...

- Aix en Provence ?

- Oui

- T'es une copine de T. ?

- Oui... Oh p***** !

Et cinq ans après, retrouvailles avec Mika à 10 000 kilomètres d'Aix...

 

IMG_2212.JPG

 

Par bonheur, Michaël (merci encore mille fois à toi) bosse ici comme volontaire depuis 3 mois et commence donc à bien connaître la ville et nous offre une balade guidée à travers les fermes à spiruline, les fabriques d'instruments, le pavillon tibétain et sa directrice, véritable personnage incroyable à l'histoire folle, le coeur immense et la langue bien pendue. On passe bien évidemment voir le Matrimandir, le centre d'Auroville, sorte de soucoupe volante ou globe doré, lieu de concentration. Une fois le groupe de touristes indiens bruyants partis, l'endroit est tellement calme qu'on y passerait bien des heures à se reposer... Mais on continue. Et le soir, on est invités à participer à un cours de chant « Ôm ». Après 5 mois sans chanter, je m'aperçois que ça me manquait fortement... J'y retrouve pas mal de similitudes avec ce qu'on fait avec Loucine & co, mais aussi une vision un peu différente.

Quoiqu'il en soit, même si parfois, je n'adhère pas totalement à leur approche un peu trop mystique à mon goût, je ressors très très zen et détendue...

C'est globalement l'impression que je garde de cet endroit. Très calme, très paisible. Même si on voit bien que tout n'est pas facile (et loin de là), ça donne envie d'y revenir, et pour un peu plus longtemps...

 

IMG_2238.JPG

 

P.S. : Ceci sera probablement mon dernier article depuis l'Inde, si ce n'est le dernier sur l'Inde... Départ demain pour le Sri Lanka depuis Mahabalipuram (ou Mamallapuram, si vous préférez)... Encore une jolie ville à temple au bord de la mer où nous avons défié la tempête... Si vous le réclamez à corps et à cri, ptête que je continuerai le blog au Sri Lanka, mais manifestez vous (commentaires, facebook, publications internationales, likes en tous genres. Sinon, je boude. Na !)

Publié dans Sur la route... Inde

Commenter cet article

The King of The Thousands 05/12/2011 05:14


Avec mes vacances sans ordi, j'ai pris un sacré retard, mais heureusement des nuits d'insomnie me permettent de rattaper et de manifester pour avoir la suite. C'est bien de manifester en sachant
déjà que l'on a gagné, c'est pas souvent le cas :-)


Bisous !

christine 24/11/2011 18:54


Non, mais ça va pas la tête ? Arrêter le blog ? N'y songe même pas ! Bon c'est clair là ?


Et pour les lecteurs de mamzelle carotte, je tiens à pérciser que dès la fin de la semiane prochaine (suivant les possibilités de connexion au Sri Lanka) vous aurez même DEUX blogs pour le prix
d'un becoz je compte m'y mettre aussi !


J'ai pas encore vraimen décidé si je recyclais mon blog actuel (un peu en souffrance, j'avoue) ou si je profite de l'occasion pour tester Tumblr, joignant ainsi à l'agréable l'utile (n'oublions
pas que désormais je suis une blogueuse PROFESSIONNELLE, qu'on se le dise !)


Comment ça mamzelle Carotte, ça ne se fait pas de truster les commentaires d'un autre blog pour faire sa pub ? Ben non, mais si quand même...


180 heures... ben oui, en heures ça parait moins long !

Za 24/11/2011 18:12


Mais qu'est-ce que c'est que ces manières ? Il faut manifester ? Eh bien manifestons!


LE BLOG AU SRI LANKA ! LE BLOG AU SRI LANKA ! LE BLOG AU SRI LANKA ! LE BLOG AU SRI LANKA ! LE BLOG AU SRI LANKA ! LE BLOG AU SRI LANKA ! LE BLOG AU SRI LANKA ! LE BLOG AU SRI LANKA ! LE BLOG AU
SRI LANKA ! LE BLOG AU SRI LANKA ! LE BLOG AU SRI LANKA ! LE BLOG AU SRI LANKA ! LE BLOG AU SRI LANKA ! LE BLOG AU SRI LANKA ! LE BLOG AU SRI LANKA ! LE BLOG AU SRI LANKA ! LE BLOG AU SRI LANKA !
LE BLOG AU SRI LANKA ! LE BLOG AU SRI LANKA ! LE BLOG AU SRI LANKA ! LE BLOG AU SRI LANKA ! LE BLOG AU SRI LANKA ! LE BLOG AU SRI LANKA !


Est-ce que ce sera suffisant ?