Deux fois à Pokhara.

Publié le par Carotte

 

Dimanche 7 Août

 

Avant de partir en trek, il faut aller de Chitwan à Pokhara. Encore quelques heures de bus. Les vallées s'agrandissent, on passe dans des paysages moins encaissés, mais tout aussi superbes. La ville de Pokhara côté Lakeside ressemble à un gigantesque magasin de souvenirs. Restaurants, boutiques de trekking, agences diverses, bars et boutiques en tous genres se succèdent, néons, affiches, mais le tout dans une ambiance assez calme et reposée au bord du lac. La vie s'écoule tranquillement, les touristes semblent errer. Quelques petits klaxons de mobylettes nous rappellent qu'on est malgré tout au Népal.

On part hors des sentiers battus sur les conseils du lonely planet pour aller voir le vieux Pokhara. En effet, aucun touriste, mais pas grand chose à voir non plus. Quelques jolies maisons anciennes en briques et boiseries sculptées. On mange deux samossas aux patates en se baladant pour rejoindre un quartier plus animé pour reprendre un bus vers Lakeside et profiter d'une bonne nuit avant de partir sur les chemins le lendemain.

 

Jeudi 11 Août.

 

Retour à Pokhara après le trek. On retourne à la même guest house, très cossue et confortable. Même si l'attrait du lit et d'une bonne sieste est assez irresisitible après 4 jours d'escaliers, on arrive à trouver le courage d'aller se balader dans Lakeside. Plus calme que Kathmandu pour faire les boutiques... Puis petit tour sur le lac en barque. C'est le truc à faire ici. Normalement, on a en plus la vue sur les montagnes. Là, nous n'aurons la vue que sur les nuages, mais c'est quand même beau. Et au milieu du lac, loin des yeux népalais que le bikini pourrait choquer, on pique une tête. L'eau est verdatre mais pas si fraiche. Bonheur de se sentir immergé ici, dans ce pays où il n'y a pas la mer, pas de baignoire, et guère de piscines !

Ce que j'oublie de dire ici sont nos efforts fabuleux pour manier la barque. On choisit en effet de la prendre without driver. Les premiers moments ont été assez exceptionnels, à base de zig-zags peu négociés. On préfère ne pas regarder la rive de peur de saisir les regards moqueurs... Mais finalement, on chope le truc et on arrive à suffisamment bonne distance du bord pour pouvoir se baigner. On n'en est pas encore au slalom de précision mais il y a de l'idée.

On passe la toute fin d'après-midi sur une petite île au milieu du lac avec un petit temple (menée cette fois par un "taxi-barque" un peu plus efficace que nous). Pas grand chose à voir, mais c'est joli. Et autant Kathmandu regorge de temples à chaque coin de rue, autant Pokhara n'en compte que 3 ou 4 assez petits. On comprend donc que celui-ci soit le plus important, ne serait-ce que par son emplacement assez idyllique.

Le soir, les bars et restaurants ont l'excellent idée de proposer presque tous des happy hours (chose qui manque cruellement à KTM). Et après 4 jours de trek, une bonne bière semble tout à fait méritée ! Alors, pourquoi s'en priver ?

 

Publié dans Sur la route... Népal

Commenter cet article