Indiana Carotte et les ruines d'Anuradharapura

Publié le par Carotte

Un des sites majeurs de l'Asie du Sud dixit le guide. Bon, si on le croit sur parole, chaque petit recoin du Sri Lanka recèle une oeuvre d'art incontournable. C'est une avalanche de superlatifs sans fin. Une fois confronté à la réalité, on peut en effet dire que ce n'est pas trop mal, mais c'est à se demander si les auteurs du livre ont déjà mis le pied ailleurs que sur cette île ou s'ils ont été grassement payés pour tenter de faire revenir les touristes ici...

Après l'Inde et les ruines d'Hampi, celles d'Anarudhapura font figure de petites joueuses. Mais on s'y perd quand même avec plaisir : restes de maisons, de temples, de monastères, essentiellement des colonnes, des escaliers brinqueballant et des gardiens de pierre sculptée.

Et nous là-dedans, que fait-on ? On se perd à vélo ou à pied parmi ces ruines abandonnées en ne croisant personne, on se croit les premières à découvrir une pierre de lune (demi cercle sculpté à l'entrée d'une maison) bien aussi belle que celle assaillie par les touristes quelques centaines de mètres plus loin, on croise des bandes entières de singes et de paons, on tente d'observer tous les escaliers et les gardiens de pierre et jouer aux 7 différences, on peut constater aussi que les chiottes à la turque n'ont guère évolué depuis un millénaire et que le grand dagoba d'Abayagiri ressemble à un hérisson quand il est en travaux, et puis on tente de s'y retrouver avec un plan qui indique une dizaine de ruines quand il y en a des milliers.... Bon, allez, j'étais mauvaise langue... C'était très beau quand même !

 

(mais pour les lecteurs intéressés, après avoir fait quelques jours plus tard, Polonnaruwa, à choisir entre les deux, foncez au deuxième ! C'est beaucoup plus beau contrairement à ce qu'essaient de vous faire croire tous les guides... Je les soupçonne d'avoir été corrompus... )

Commenter cet article

christine 19/12/2011 02:31


Je confirme ! Si d'une manière générale au Sri Lanka rien n'est fait pour faciliter la vie du touriste isolé, cet état d'esprit attind des sommets à anaradhapura. Rien n'est correctement signalé,
il n'y a pas de plan, on ne comprend pas où on est, et nous nous rendrons compte 3 jours plus tard qu'on a carrément zappé une partie ssentielle du site (mais où ont-ils pu la planquer ?).