Recettes d'Afrique...

Publié le par Carotte

Après 5 semaines au Burkina, difficile de ne pas aborder même rapidement la cuisine de là-bas.
On nous avait préparés psychologiquement en nous disant que ce n'était pas bon et qu'à priori, on ne mangerait que des bananes et des mangues pendant 5 semaines.
Or, la réalité était bien moins noire ! Et on a même pu faire de fort charmantes découvertes gaqtronomiques et culinaires !

- Les alocos : bananes plantin frites

- Les patates douces : pas du tout pareilles qu'en France, mais délicieuses, et qui se cuisinent souvent frites ou bouillies.

- Le bissap que je connaissais en France sous le nom d'hibiscus ou karkadé : c'est l'infusion des fleurs d'hibiscus. La seule différence étant que là-bas, comme pour tout, la note locale est de... trop sucrer !
Sinon, pour en avoir une excellente recette, allez sur le site de Christine !

- Le tamarin : en infusion également. Au départ, ça ressemble à ça :
tamarin.jpg
On laisse les fruits enlevés de leur coque tremper dans l'eau froide ou tiède au moins 3h (mais 6h ou plus, ça marche aussi). C'est étrange, peu ragoutant, les fruits ramolissent, mais ne vous inquiétez pas, après, ça s'arrange ! En effet, une fois la préparation bien infusée, filtrer, sucrer à l'envie. Vous pouvez rajouter de l'arôme d'ananas pour faire plus "local". Pour la première expérience en France, j'ai mis une lichette de sirop de framboise, c'était pas mal non plus.
C'est très acide, mais très agréable et frais !

- Le gâteau au manioc : en fait, je triche, ceci n'est pas une recette burkinabé mais une recette de notre copine Sophie qui l'a rapportée de la Réunion.
Toujours est-il que même si je n'en ai pas mangé là bas finalement, les tas de racines de manioc font partie des étalages courants des marchés burkinabés.

manioc.jpg

Pour le faire, il faut raper assez fin après l'avoir épluchée 1 kg de manioc (une racine à peu près).
Ajouter 250g de beurre fondu, 300g de sucre, 4 oeufs, une cuillère d'extrait de vanille et du rhum (au pifomètre, comme vous le sentez, un peu mais pas mal quand même).
Mélanger le tout, ça donne une pâte un peu liquide.
Faire cuire dans un moule pas trop épais (c'est bon quand les bords caramélisent bien) et faire cuire au moins 1/2h mais vous pouvez aller jusqu'à une heure (c'est le seul gâteau que je préfère trop cuit !) à 150°-180°. Il doit être bien doré !


Voilà pour aujourd'hui, si j'ai le courage, je vous ferai un futur post sur le riz gras, le poulet braisé, les spaghettis au sable, le faro, le tô et le dolo...

Commenter cet article

Carotte 20/03/2010 10:52


Je dois t'avouer que ce n'est pas forcément la recette que je retiendrai en priorité. D'autant que la réalisation en est assez facile (et malheureusement presque incontournable) dès que l'harmattan
commence à souffler...


Zette 14/03/2010 17:58


Miaaam ! Enfin, quoique... les spaghettis au sable... Remarque, le croustillant du sable, le moelleux de la pasta, faut voir ...