Saman

Publié le par Carotte

 

Tangalla, 15-16 décembre 2011

 

Saman Kadinge a 23 ans, un peu plus de dents qu'un immense sourire dévoile, la voix trop aiguë comme s'il n'avait pas tout à fait fini sa mue et des coquillages plein les poches avec lesquels il fait des colliers qu'il tente de vendre aux touristes.

On le rencontre sur la plage de Tangalla, petit paradis isolé. On cherche des yeux de Sainte Lucie ; il cherche des coquillages troués et des épines d'oursins avec lesquels il réalise ses créations. Comme on a déjà bien trop d'yeux de Ste Lucie et qu'il nous en offre en plus une pleine bouteille, on l'aide à chercher son matériel. Etrange mécanique que le cerveau et le regard qui s'adapte pour repérer un autre type de forme et de couleurs dans le sable.

Et on discute, en anglais, quelques mots de français, quelques uns en cinghalais. Nos noms écrits dans le sable ont de la gueule, que ce soit en cinghalais ou en tamoul mais la leçon de calligraphie ne résistera pas aux vagues trop entreprenantes.

On parle bouffe aussi : certains points sont essentiels. Lui mange du rice and curry trois fois par jour, matin, midi et soir et pense que la nourriture française doit être bien fade. Le jour où il viendra en France, il emportera son piment pour épicer un peu tout ça. Mais pour l'instant, il faudrait déjà qu'il sorte de son village. Il n'est jamais allé à Colombo, « seulement à Tangalla », à 3km de là... On se demande alors comment un jeune homme qui a l'air aussi intelligent, gentil, qui parle 3 langues s'en sort dans la vie. Visiblement, ses créations bijoutières lui rapportent un peu, mais il lui faut trois jours pour récolter de quoi faire un bracelet qu'il vend moins de 2 euros... Quand il arrive à les vendre.

Son frère est pêcheur, mais lui n'a jamais mordu à l'hameçon. Il ne nage que dans la lagune et n'oserait pas affronter les rouleaux de l'océan (cela dit, en cette période, nous non plus). Alors, il est à la maison, bricolant ses coquillages, avec sa mère qui cuisine le rice and curry. Même s'il affirme être capable de cuisiner lui aussi, c'est toujours la mère qui cuisine... Son frère lui, n'arrive qu'à faire le riz, et encore. Il reste un peu de boulot à faire question répartition des tâches !

 

Commenter cet article

The King Of the Thousands 20/12/2011 14:51


J'aime bien quand tu parles de tes rencontres :-)


A ce soir !