Touriste libre, toujours tu chériras la mer...

Publié le par Carotte

 

Puri s'avère bien plus agréable que son nom ne le laisse présager. Déjà, ici, il y a la mer. L'océan même, le golfe du Bengale. J'adore ce nom « Golfe du Bengale », on se croit tout de suite un explorateur, rien qu'en l'évoquant. La réalité est beaucoup moins aventurière. Une station balnéaire, colorée, une grande plage, des rouleaux de vague impressionnants, chaud, très chaud, des hôtels ridiculement peu chers, surtout comparativement à sa voisine Bubaneshwar, beaucoup de touristes indiens (Puri est une ville extrêmement sacrée pour les hindous), quelques touristes étrangers, mais de façon amusante, ce ne sont pas les mêmes ici que dans le reste de l'Inde. Globalement plus âgés, bourlingueurs au long cours qui ayant déjà exploré toute l'Inde, viennent se poser ici, se reposer. Parce que se reposer, c'est bien ce qu'il y a de mieux ici à faire. La chaleur de toutes façons, vous incite très vite à la paresse. La terrasse agréable de l'hôtel avec une immense table de bois semble attendre que je vienne m'y poser avec mon ordinateur, un bon bouquin et l'envie de ne surtout pas en faire trop. J'ai un immense dortoir pour moi toute seule, la bibliothèque de l'hôtel est bien fournie, l'ombre est dramatiquement agréable, les autres voyageurs souvent intéressants.

J'arrive quand même à sortir un peu de ma torpeur pour me balader dans la ville. Pas trop loin, je l'avoue. Mais un chien un peu trop affectueux me fera finalement changer de direction, et je découvre ainsi avec plaisir le village de pêcheurs. J'ai un peu l'impression de rentrer chez les gens, les rues sont minuscules et les habitants vivent essentiellement dehors, sur la plage, les bateaux attendent avec les filets de pêche en tas, la plage sert de toilettes publiques, surprenant quand on ne s'y attend pas la première fois de voir un mec chier sur la plage, mais au bout du troisième, il semble que cela soit la procédure normale. Dans cette partie là, je remets instantanément mes chaussures (bizarrement !) et arrête de rêver en marchant, regardant surtout où je mets les pieds. D'autant que les petits crabes s'en mêlent ! Plus à l'ouest, la plage est plus clean, les indiens s'y baignent tout habillés, même en sari. La plupart ne semble pas savoir nager et reste assis dans l'eau, pas trop éloignés de la plage, et se laisse tremper par les vagues assez énormes.

Puri est très nonchalante, je ne pourrais pas dire reposante car les klaxons continuels vous rappelle sans cesse qu'on est toujours en Inde. Et en plus, ici, soit mes oreilles deviennent de plus en plus sensibles, soit ils font ici un concours du klaxon le plus bruyant.

Le ciel et les couchers de soleil sur la plage sont superbes. Je passe de longs moments à regarder la mer, comme une accro qui n'aurait pas eu sa came depuis longtemps.

J'ai 4 jours à passer ici avant de repartir vers Mumbai... C'est un peu long mais si l'on se laisse porter par le rythme, c'est une étape agréable. Beaucoup des personnes que je rencontre ici se posent d'ailleurs bien plus longtemps ! Mon côté hyperactif commence déjà à bouillonner pour ma part, mais ce voyage ayant entre autre comme but (semi avoué) de m'apprendre la patience... c'est le bon endroit pour !

Et puis tout autour, il y a de belles choses à voir et faire, notamment un des plus beaux temples d'Inde (parait-il), et je vous raconte tout ça dans un prochain article !

Publié dans Sur la route... Inde

Commenter cet article